Gestion dans la zone du
patrimoine mondial à Cracovie

Halina Rojkowska-Tasak

 

 

Le centre historique de Cracovie a été inscrit sur la Liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO en 1978. Cette zone s’étendait sur presque 150 ha : avec la Vieille Ville fondée en 1257, la colline du Wawel, les quartiers Kazimierz (ville médiévale juive fondée en 1335) et Stradom. Cracovie a été inscrite sur la Liste en tant que l’un des premiers parmi les 12 sites. L’inscription a eu lieu sur base du critère IV – en tant que « exemple remarquable du groupe architectural illustrant une importante étape dans l’histoire de l’humanité ». En 2016 le Comité du patrimoine mondiale de l’UNESCO a adopté la déclaration rétrospective de l’exceptionnelle valeur universelle pour le Centre historique de Cracovie.

Cracovie était un important centre de commerce, d’artisanat et artistique et à partir de1364 également universitaire regroupant des représentants de différentes nations. Beaucoup de sites historiques s’y trouvent aux plus grandes valeurs artistiques et historiques à l’échelle nationale. La zone du patrimoine mondial est toujours un centre vivant de culture, d’administration, de commerce, universitaire et religieux de la ville, différenciée par le nombre et la valeur des monuments, par la tradition culturelle et le statut social des habitants. Carcovie est la ville de Pologne la plus visitée par les touristes (plus de 13 millions par an). La richesse du patrimoine et le haut rang de la ville dans l’échelle nationale nécessitent une approche pluridisciplinaire dans le processus de gestion.

La zone du patrimoine se trouve sous protection juridique par une inscription au registre des monuments aussi bien des systèmes urbanistes que des sites particuliers. Les sites moins précieux sont inscrits dans l’évidence des monuments. Cette zone est comprise à partir de 1994 par une forme supplémentaire de protection en tant que monument d’Histoire (arrêté du Président de la République de Pologne 08.09.1994).

Autour de la zone inscrite sur la Liste a été créée en 2010 une zone tampon. Elle a été créée en grande partie sur le territoire historique du Monument d’Histoire. La zone recouvre les systèmes urbanistes de la ville du XIXe siècle et de l’ancienne ville Podgórze fondée par les Autrichiens en 1792 sur la rive droite de la Vistule. Elle comprend également un fragment des boulevards de la Vistule d’où s’étend la vue sur le panorama de la ville. Inscrite au registre des systèmes urbanistes historiques permet une limitation des investissements de grande taille ayant une mauvaise influence sur la vue dans la zone UNESCO. La zone tampon donne de larges possibilités de protection assurées par les actes de la loi locale, en particulier par les plans locaux d’aménagement du territoire, les parcs culturels et les plans de gestion.

Depuis la transformation politique et la création de l’autorité municipale en 1990, la politique de gestion du patrimoine culturel de Cracovie a changé. De plus grandes possibilités sont apparues pour l’introduction des programmes de protection, de conservation, de revitalisation des quartiers historiques de la ville et des sites particuliers. Ces programmes sont inscrits dans la Stratégie du développement de la Ville, dans la Stratégie du développement de la Culture, dans la Stratégie du développement du tourisme et construisent le développement durable de la ville en soulignant sa particularité culturelle. La zone du patrimoine mondial a été également comprise par le Programme local de revitalisation de la Vieille Ville établit par la Ville de Cracovie en 2008 en tant qu’une des plus importantes zones du Programme municipal de revitalisation. L’objectif de ces programmes est l’amélioration de la qualité de vie des habitants.

Le plus important document introduisant les règles de protection et de gestion du patrimoine est le plan local d’aménagement du territoire « Vieille Ville » établit par le Conseil de la Ville de Cracovie en 2010 qui comprend la ville entourée du jardin Planty et la colline du Wawel. La plus importante inscription dans ce plan est la protection de la silhouette de la ville à travers l’interdiction d’utiliser les dominantes architecturales. Le système urbaniste existant est protégé avec les constructions d’habitation, les sites sacraux et les bâtiments d’utilité publique, les axes de vue des régions particulières de la Vieille Ville, en particulier les vues sur Rynek Główny (Place du marché principal), la Voie Royale, la colline du Wawel et les importants sites historiques. Une zone archéologique comprise par une protection conservatoire a été établie dans toute la zone suite à la colonisation remontant au bas Moyen-Age. Ne voulant pas conduire au dépeuplement de centre historique de la ville, la fonction de services dans les bâtiments d’habitation et de services a été limitée aux deux premiers étages et aux caves. Une grande pression a été mise sur la protection des espaces publiques, entre autres des parkings ont été supprimés des places principales de la villes et les places de parking ont été limitées.

Le parc culturel « Vieille Ville » a été créé en 2010. Le parc culturel est une forme supplémentaire de protection prévue dans la Loi sur la protection et entretien des monuments historiques, elle a pour objectif la protection des espaces publics contre le chaos et le surplus de publicités, introduit des règles systématisant la quantité, la dimension et la localisation des enseignes, des publicités temporaires, des places de stationnement et des événements temporaires et permanents. Des programmes de plans de protection et de gestion sont élaborés pour les parcs culturels. La parc culturel introduit sur la zone du patrimoine mondial de l’UNESCO est devenu un outil efficace dans son aménagement mais aussi pout souligner les précieuses valeurs historiques et culturelles.

Un autre très important outil de gestion permettant de maintenir la substance historique est le co-financement de travaux de restauration et de construction. Après l’inscription de Cracovie sur la Liste du Patrimoine Mondial, dans le souci de sauver les monuments endommagés et délaissés, le 18 décembre 1978 a été créé le Comité social de restauration des monuments de Cracovie (SKOZK) dont l’activité se concentrait sur la restauration des monuments de la zone du patrimoine mondial et consistait en leur financement par d’autres villes polonaises ou établissements industriels. Le 18 avril 1985 la Diète a voté la loi sur la création du Fonds National de revalorisation des monuments de Cracovie (NFRZK) financé du budget de l’état. Le disposant de ce fonds est devenu SKOZK qui rassemble aujourd’hui d’éminentes autorités du milieu de Cracovie, spécialistes dans le domaine de la protection, de l’entretien des monuments et les représentants des autorités de la Ville de Cracovie. La revalorisation des monuments dans le centre historique de la ville dès le début de l’existence du Fonds s’effectuait systématiquement et complètement dans les parcelles particulières de construction. Depuis les dernières années le Fonds dispose d’une somme d’environ 30 millions de zlotys (env. 7 millions d’Euros) par an avec laquelle est financé le renouveau des plus précieux monuments appartenant à l’Etat, à la Commune municipale de Cracovie, aux églises, aux communautés religieuses et aux propriétaires privés (environ 100 missions de cofinancement d’une hauteur de 45%).

La création de l’autorité municipale en 1990 et l’établissement dans ces structures du Conservateur municipal de la protection des monuments ont intensifié les activités liées à la gestion des biens de l’UNESCO. Aux importantes missions appartient le cofinancement du budget municipal des travaux de rénovation, d’entretien et de réalisation de la documentation des monuments qui ne sont pas la propriété de la Ville de Cracovie. A partir de 2003, date d’entrée en vigueur de la nouvelle Loi sur la protection et entretien des monuments, une possibilité légale est apparue d’attribuer des subventions pour les travaux définis auprès des monuments pour d’autres institutions que la commune. Le Conseil de la Ville de Cracovie a voté en 2005 une résolution appropriée. Environ 30 missions sont cofinancées pour une somme d’environ 4 millions par an. Les rénovations des façades des maisons et des églises ainsi que les travaux d’entretien des tableaux et des polychromies ont été compris par cette aide. Une importance particulière pour l’image avaient les rénovations des façades des maisons dans les plus importants endroits de la ville – sur la place du marché principal, sue la Voie Royale (rues Floriańska et Grodzka), sur la place du petit marché, des façades des couvents des sœurs franciscaines et dominicaines qui se trouvent à l’intérieur des murailles de la ville, de l’arsenal municipal avec les donjons, les travaux dans les couvents des franciscains et des chanoines réguliers de saint Augustin. Les rénovations et entretien des sites de la zone de l’UNESCO sont traitées en priorité. Le soutien ont obtenus les sites importants pour l’histoire et la culture de la ville : conservation du grand retable de la basilique Sainte-Marie de Cracovie (retable de Veit Stoss de la 2e moitié du XVe siècle) principale église paroissiale de la ville ainsi que la reconstruction du Musée Czartoryski dans lequel se trouve une précieuse collection d’œuvres d’art.

Afin de promouvoir et d’augmenter l’attractivité de la ville dans la nuit, dans la zone du centre historique de la ville (sans Kazimierz) a été réalisé un programme d’illumination des plus précieux monuments d’architecture.

L’attention des autorités de la ville se concentre maintennt sur le quartier Kazimierz, dépeuplé pendant la Seconde Guerre mondiale suite à l’Holocauste et délaissé durant la période socialiste. A partir des années 90 du XXe s. Kazimierz se transforme en quartier touristique et culturel. Dans les bâtiments historiques ruinés sont construits des hôtels, les rez-de-chaussée et caves, en particulier dans la « Ville Juive » sont adaptés en galeries d’art, magasins, restaurants, cafés avec terrasses dans les rues. Dans ces établissements sont menées des activités culturelles et artistiques se référant également à l’identité des lieux ce qui donne à ce quartier un caractère exceptionnel. La ville soutient cette activité et en particulier les festivals organisés dans le quartier Kazimierz, y compris le Festival de la Culture Juive connu dans le monde entier et organisé cette année pour la 29e fois.

Un plan local d’aménagement du territoire est préparé pour Kazimierz et la création d’un parc culturel est également prévue. Des directives concernant l’illumination des plus caractéristiques et des plus précieux sites sont en cours de préparation.

La gestion intégrée des ressources des monuments, avec une prise en considération particulière de la zone du patrimoine mondial est une des priorités du Programme communal d’entretien des monuments élaboré pour une période de quatre ans et à chaque fois voté par le Conseil de la Ville de Cracovie. L’obligation d’élaboration du programme résulte de la Loi sur la protection et l’entretien des monuments, tandis que le rôle du coordinateur des activités comprises dans le Programme est rempli par le Conservateur municipal des monuments.

!

Merci de noter qu’ à cette période-ci la ville de Cracovie est visiteé par de nombreux touristes. Nous vous récommandons de réservez vos chambres d’hôtel dès que possible.

OK